AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Fuck ! You're Alive ! ft. Daryl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


▲ Date d'inscription : 08/08/2015
▲ Messages : 52
MessageSujet: Fuck ! You're Alive ! ft. Daryl   Mer 9 Sep - 1:06

Fuck ! You’re alive !  × ft. DARYL & NATHAN

Quelle belle journée. Un beau soleil, une légère brise et quelques nuages, mais rien d’alarmant. Parfait pour se promener. Ce à quoi est condamné Nathan depuis qu’il a choisi de quitter les cannibales étant donné qu’il n’adhérait pas trop à leur régime alimentaire. Il est taré notre choucrouté, mais tout de même, il y a des limites à ne pas dépasser. Il va pas bouffer de l’humain pour rester peinard dans un terminus plus ou moins tout confort vu la situation actuelle du monde. Ça fait un peu trop zombzomb à son goût… Bref. Il se baladait tranquillement sur les routes. Dawa à ses côtés qui gambadait. De temps à autres, ils s’arrêtaient à une flaque pour prendre quelques lampées. Oui, tous les deux. Faut bien boire, merde !
Ça aurait pu être une bonne journée de promenade paisible à chantonner et skater sans grand souci. Mais, la chance n’est vraiment pas avec notre petit. Si bien qu’il était tombé sur un petit groupe de cinq zombzombs. Oh joie ! Maintenant c’est l’heure du footing matinal ! Cours Dawa, cours ! Crie-t-il pour motiver sa chienne, chose inutile étant donné qu’elle galope plus vite que lui…
Il ne cesse de regarder derrière lui, en faisant en sorte de mettre le plus de distance entre les tarés décomposés et eux. Pas envie de se faire bouffer. Il finit par se stopper net et siffler Dawa qui revient. Son idée : grimper à un arbre, portant Dawa sur ses épaules, pas la plus simple des choses à faire mais hors de question qu’elle se fasse bouffer sa pépète. Il attrapa son lance-pierre, voyant moins bien à cause du feuillage. Quand tout à coup, suspens… Ils tombent un à un, les râles se font moins forts. Quelqu’un les zigouille. C’est cool ça, rien à faire ! Mais qui dit que c’est pas un méchant qui va lui faire des bobos ?! On est sûr de rien maintenant…
Il voit une silhouette et sa main part toute seule : Oups… Désolé… Son caillou heurte un crâne et le aie qui suit montre qu’il s’agit d’un humain. Tu peux descendre maintenant… Mouef… Nathan planque son lance-pierre dans son sac à dos et va pour descendre de l’arbre, son bic meurtrier entre les dents. Ça n’a pas l’air comme ça mais dès que c’est planté dans l’œil ça laisse du temps pour filer… Une branche, deux branches et … il glisse. Aaa...outch ? Il s’était préparé à rencontrer le bitume et se faire bien bien mal, mais finalement il n’a pas aussi mal aux fessiers que ça. Il rouvre les yeux et remarque qu’il est tombé sur son sauveur. Oh bah merde alors ! Daryl !  Dit-il en remarquant le visage à la mine contrarié de son coussin d’atterrissage. T'es vivant ! C'est dingue ça ! Dit-il en lui tâtant le visage Et pas un zombzomb en prime ! Tu gères !
Daryl Dixon. Nathan le connaît bien. Enfin bien. C’est un grand mot. Disons qu’il connaît bien son grand-frère, ce chtarbé de Merle… Quand on deal, on finit bien par tomber sur des rednecks de ce genre ! Entre Nathan et Merle ça avait pas été joyeux joyeux, disons que le moineau s’éclatait à charrier le p’tit Nathan et lui mettre des bâtons dans les roues. Sympa ! Et pour Daryl, bin il l’avait croisé plusieurs fois, un type pas plus sympathique que son frère mais quand même un peu plus vivable… ça fait un bail ! Comment tu vas ? Attends… Ton connard de frère est pas avec toi hein ?! Dit-il en regardant aux alentours. Mais personne. Long soupir de soulagement. Dawa jappe, pas très contente d’avoir été oubliée : Saute ma belle, papa va te rattraper ! Elle le fait et Nathan va pour la réceptionner. Ah bah... a mal visé… Voilà qu’elle tombe aussi sur le coussin d’atterrissage… Désolé pour ça… ça va ?
code by lizzou × gifs by tumblr

_________________
Zombzomb Fucker - Nath'
On était les rois du monde, on a foutu notre merde plus fort et mieux que toutes les générations. Nous étions si beaux ! On est des paumés. Je suis un et j’ai l’intention de le rester autant j’ai envie. Je préfère baiser ma propre mère plutôt que de laisser ces zombzombs ou qui que ce soit me priver de ma liberté.... × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Admin
avatar


▲ Date d'inscription : 02/03/2015
▲ Messages : 317
MessageSujet: Re: Fuck ! You're Alive ! ft. Daryl   Dim 23 Oct - 2:25

Fuck ! You're alive !

ft. Nathan & Daryl


« Sadly, you are too... »
Voilà que plusieurs heures s’étaient écoulées depuis mon départ de la prison, m’en échappant de plus en plus, prétextant des raids pour chercher de quoi aider le camp à survivre un peu plus, refusant catégoriquement avoir besoin de l’aide ou soutien de qui que ce soit, encore et toujours ce besoin de me retrouver seul. A croire que je me sentais mieux à l’extérieur que derrière ces grilles que l’on avait fortifiées… Ce n’est qu’après  ces quelques heures que j’arrivais dans un des petits hameaux environnant. Un petit groupe de baraques qui nous avait peut-être échappé. Ça ne coûtait rien d’y jeter un coup d’œil… Je laissais donc ma Triumph à l’abri des regards, on n’est jamais trop prudent d’un survivant qui serait tenté de la prendre…
La première maison s’avéra être une grande déception, que des conserves vidées, des placards vidés, il ne restait rien de bien intéressant. En sortant bien rapidement, dans la rue régnait un calme plat, certains l’aurait interprété comme inquiétant, étouffant voire oppressant, mais ce calme ne me dérangeait en rien. Prenant mes précautions pour entrer dans la seconde baraque, tapotant de mon couteau à la porte pour vérifier si un rôdeur n’y traînait pas et viendrait se languir du bruit. Mais rien. Alors j’entrais, inspectant d’abord le rez-de-chaussée, ne trouvant que quelques broutilles, deux-trois conserves que je fourrais dans mon sac avant de monter à l’étage. La première pièce dans laquelle j’entrais était une chambre d’enfant. Une chambre où le cadavre d’un enfant résidait dans les bras de sa mère, les deux corps étant dotés d’un trou en plein crâne. Au moins elle n’avait pas fait l’erreur d’étouffer son gosse. Le seul problème restait le sang présent sur la plupart des jouets d’enfants qui pullulaient dans la pièce. Hormis pour une, décidant aussi de l’embarquer avec moi. Pour Judith. Elle le mérite bien… J’allais pour passer à une autre pièce lorsqu’un bruit insupportable vint briser le calme.
Je me précipitais vers la fenêtre pour voir de dos quelqu’un s’engouffrer dans les bois, suivant un chien qui le dépassait de plusieurs mètres, et d’un petit groupe de rôdeurs guidés par son odeur mais aussi ses cris puérils. C’est encore possible que tel imbécile arrive à survivre ? Imbécile… J’étais encore loin de savoir que j’étais tombé sur l’imbécile de compét’… J’inspirais longuement, n’allant pas passer ma route sans rien faire… Ils n’étaient pas nombreux, autant faire un effort… Alors je sortais de la baraque et m’engouffrais à mon tour dans la forêt, suivant le chemin emprunté par le petit groupe. Je ne mis pas long feu à rejoindre les rôdeurs, ces-derniers s’entassant à la cime d’un arbre, devinant que le fuyard y avait élu refuge. Au moins, il attirait leur attention, ce qui sut me faciliter la tâche… Attrapant mon arbalète que j’avais au préalable armée, l’un des carreaux vint se ficher dans le crâne du plus proche de l’arbre, ma lame vint frapper l’arrière du crâne du second et troisième, ceux qui étaient les plus proches de moi, j’attendis que le quatrième se rapproche pour lui accorder le même sort, de face cette fois et eus le temps d’armer de nouveau mon arme pour me débarrasser du dernier. Ce n’avait pas été des plus complexes, j’avais connu pire avec Rick ou encore Carol. Récupérant mes carreaux d’un geste sec, j’allais à mon tour vers la cime de l’arbre, allant pour rassurer le fuyard qu’il pouvait désormais descendre. Je ne m’attendais pas à des remerciements. Je ne m’attendais encore moins à recevoir un caillou en plein front, entendant d’une oreille discrète ses excuses alors que je me massais le front en pestant. Finalement, j’aurai peut-être dû m’abstenir d’intervenir… « Tu peux descendre maintenant… » Hésitant à user de menace s’il osait m’attaquer de nouveau, le distinguant à peine à travers les feuilles. Ayant déjà du mal à réaliser comment il avait pu faire grimper un clébard sur une branche…
J’aurai dû m’éloigner, ou me tirer, tout simplement, car alors que je le regardais descendre, je vis l’erreur de détourner le regard une seconde pour surveiller les alentours et ne le vis donc pas perdre l’équilibre. Et m’atterrir dessus. Ce type était vraiment pas doué… Je me massais cette fois l’arrière de mon crâne avant de m’arrêter brusquement en entendant la voix du pas aidé. Une voix que je connaissais, malheureusement… Je rouvrais les yeux pour bel et bien voir cet attardé de Nathan, son visage de con heureux arborant un grand sourire en remarquant que j’étais en vie. J’étais loin de ressentir de même… « Putain t’es vivant… » Soupirais-je avant qu’il ne se mette à me tripoter le visage et que je le repousse d’un geste sec.
Nathan, cet énergumène que j’ai eu le malheur de croiser du temps où je suivais Merle dans ses deals. Déjà qu’avant l’arrivée des rôdeurs je doutais qu’il fasse long feu dans ce milieu de détraqués, mais alors là… Il fallait le dire, il m’impressionnait. Ou alors il avait une chance de taré. Nathan se lançait déjà dans ses questions me faisant lever les yeux au ciel. Quelques secondes seulement et il m’exaspérait déjà. Mon visage se ferma quelque peu lorsqu’il parla de mon frère, omettant de lui répondre j’ajoutais simplement : « Tu veux bien dégager ? » Mais déjà le taré ne m’écoutait plus, tendant le bras vers son chien, l’encourageant à sauter. Je sentais venir la connerie. Pas manqué… En plus du con, je me pris son chien, celui-ci un peu plus intelligent ne prit pas longtemps à s’écarter. « ça ira mieux quand tu arrêteras de me prendre pour un matelas connard… » Je pris donc en main de pousser sans aucune délicatesse Nathan pour enfin réussir à me relever. Époussetant mes affaires et récupérant mon sac qui gisait au sol je contemplais alors Nathan, un poil plus maigre que la dernière fois que je l’avais vu, il avait l’air de tenir le coup. « Putain, mais comment t’as fait pour survivre toi ? » Osais-je enfin demander en le dévisageant. « T’es avec d’autres gens c’est ça ? » C’était la seule réponse qui me semblait un poil plausible…  

code by ORICYA.


_________________
Daryl Dixon

Story - Links - RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Fuck ! You're Alive ! ft. Daryl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Dead or Alive [DVDRiP]
» DOA : Dead or Alive /!\
» Oriane Ω stay alive. (finiiiiiiii)
» DARYL MANDRYK
» Everything that kills me, makes me feel alive. [Morgan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Walking Dead Corporation :: The Rest Of The World :: Sur la route-