AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Happy Birthday Sweetie - Feat. Daryl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité

MessageSujet: Happy Birthday Sweetie - Feat. Daryl    Lun 17 Aoû - 20:26

Happy Birthday Sweetie × ft. Daryl & Carol
Carol était dans la tourelle, située au plus près des grilles de l'entrée. Au plus près des véhicules de la prison. Elle aimait ce perchoir car il n'était pas souvent utilisé car un peu moins haut que les autres, donc moins pratique pour les surveillances. Mais elle aimait cette endroit, c'était là qu'elle avait pu faire ses preuves au tir lorsqu'ils avaient débarqué à la prison et qu'ils avaient nettoyé les lieux.

Mais aujourd'hui, Carol n'était pas venue pour s'exercer au tir, elle n'était pas là non plus pour surveiller les environs. Elle était monté dans cette tourelle pour être seule. Elle était venue s'isoler en ce jour qui aurait été si heureux si les rôdeurs n'avaient foutu sa vie en l'air.

Ce matin-là, elle avait préparé le petit-déjeuner pour les lèves-tôt alors que la journée s'annonçait radieuse. Elle n'avait pas fait attention aux bruits des rôdeurs, tellement elle était absorbée dans sa cuisine. Elle sursauta lorsqu'un nouvel arrivant l'accosta en lui tendant une montre :

– Tenez Carol, c'est pour vous, pour vous remerciez de nous avoir sauvé la vie à moi et ma famille.
– C'est très gentil à vous Terry, mais ce n'est pas nécessaire.
– Permettez-moi d'insister. J'ai vu que votre montre était cassée. Celle-ci fonctionne parfaitement, il faut juste la remonter tous les jours.  

Elle accepta le présent qu'on lui offrait et la mit tout de suite à son poignet puis elle continua à préparer à manger. Elle se fit remplacer une demi-heure plus tard et regarda machinalement la montre. La trotteuse tournait régulièrement ce qui était assez rassurant, mais son regard se fixa sur le petit cadran sur la droite qui indiquait la date. Une sorte de nausée l'envahi et elle du quitter le coin repas pour ne pas vomir tout son petit-déjeuner.

Elle fila directement dans la tourelle et s'assis à l’intérieur de la guérite pour être à l'abri des regards. Elle avait besoin de s'isoler et de reprendre ses esprits, mais les larmes menaçaient de couler à tout moment et elle ne se sentait pas encore le courage d'affronter une nouvelle journée dans cette maudite prison alors qu'elle n'avait qu'une envie : serrer sa fille dans ses bras.

Elle entendit des bruits de pas sur le gravier, puis la porte de la tourelle s'ouvrir. Quelqu'un était en train de monter les escaliers et arriverait bientôt jusqu'à elle, mais elle ne voulait voir personne alors elle se permit d'hausser la voix pour prévenir de sa présence :


– C'est bon, je suis en poste, allez voir dans une autre tourelle pour surveiller !

code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas

Admin
avatar


▲ Date d'inscription : 02/03/2015
▲ Messages : 317
MessageSujet: Re: Happy Birthday Sweetie - Feat. Daryl    Jeu 20 Aoû - 23:17

Happy birthday sweetie

Carol & Daryl


« I do not fear the dead, they will unite us in the end. »
Le soleil s’était levé depuis un moment, mais ce ne sont pas ses rayons qui m’avaient réveillé, mais plutôt les bruits des habitants de la prison. Ou plutôt de ceux assez motivés pour se lever tôt et s’affairer dans la prison. Voilà un petit moment que j’avais décidé de me la jouer solitaire et de quitter l’abri que procurent les murs de la prison pour opter pour une tente, prétextant qu’ainsi il y aurait plus de place pour les nouveaux venus, mais surtout parce que j’ai toujours autant de mal à me mêler, à faire la conversation et à sympathiser avec autrui.
Normalement, j’ai toujours fait en sorte d’avoir de quoi grailler le matin pour ne pas trop avoir à affronter les gens, mais ce matin, j’ai mal géré. Si bien que je me retrouvais à enfiler mes vêtements en vitesse avant de prendre la direction de la prison, ne prenant même pas la peine de jeter un coup d’œil au grillage et à ces rôdeurs qui s’y attroupaient toujours autant. J’arrivais dans la cour intérieure, là où se trouvent les tables et le stand fait de bric-à-brac pour distribuer les rations de petit-déj. Il y avait pas mal de monde et je ne répondais pas à toutes les salutations, juste à celles de ceux que je connaissais vraiment, ou plutôt que j’arrivais à replacer, c’est-à-dire pas grand monde. Mais je ne prêtais bientôt plus attention à tout ce petit monde quand je vis Carol un peu plus loin. J’allais pour aller à sa rencontre, enfin un visage connu. Mais je m’arrêtais en la voyant fixer sa montre avant de partir à tout allure. J’eus juste le temps de voir son expression pour deviner que quelque chose n’allait pas.

Je la suivais, quittant le coin où tout le monde commençait à s’attrouper, voyant Carol aller se réfugier dans une des tourelles de la prison, refermant derrière elle. Je l’ouvrais à sa suite, sachant qu’elle m’entendrait grimper, ce fut d’ailleurs le cas étant donné que j’entendis bien rapidement sa voix : « C’est bon, je suis en poste, allez voir dans une autre tourelle pour surveiller ! » Vu le ton qu’elle prenait, elle avait clairement envie de couper l’envie à la personne qui venait s’aventurer dans la tourelle et de lui faire rebrousser chemin sans plus de ménagement. Malheureusement pour elle, c’était moi qui grimpait et vu comment je l’avais vu partir et l’expression que j’avais décelé sur son visage, j’avais clairement compris que quelque chose n’allait pas. La laisser seule dans cet état ? Non, pas question.

J’arrivais au sommet de la tourelle et vis Carol, assise, les larmes aux yeux. Elle avait tant évoluée depuis notre première rencontre, passant de l’épouse effacée par l’ombre de son mari à cette femme forte qui n’a besoin de personne pour se protéger. Et pourtant, elle savait que j’étais là pour elle, on avait suffisamment traversé ensemble pour que je me mette à tenir à elle et je n’aimais pas la voir dans tel état. Il était de plus en plus rare de la voir ainsi, la dernière fois remontant plusieurs mois, avec la perte de Lori et de T-Dog. Je ne dis rien et vins m’asseoir à ses côtés. Je restais un instant silencieux avant d’oser lui jeter un nouveau coup d’œil et de dire : « Envie d’en parler ? » Avant de joindre mes mains et de jouer distraitement avec un de mes ongles sans pour autant la quitter du regard : « Et me sors pas une connerie comme quoi tout va bien. Dois bien y avoir une raison pour te mettre dans cet état… » Je savais bien qu’elle essaierait de me contredire alors je la fixais d’un regard sérieux, pas la peine de me raconter des bobards, ça se voyait qu’elle allait mal, j’allais pas partir aussi facilement, sachant parfaitement que si elle n’avait réellement pas envie de m’en parler elle ne se gênerait pas pour m’en faire part… Par contre, il était sûr que je n’allais pas la laisser seule les larmes aux yeux, quitte à rester assis en silence à ses côtés jusqu’à ce qu’elle se sente mieux

code by ORICYA.


_________________
Daryl Dixon

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

MessageSujet: Re: Happy Birthday Sweetie - Feat. Daryl    Ven 21 Aoû - 15:34

Happy Birthday Sweetie × ft. Daryl & Carol

Visiblement, sa remarque n'avait pas atteint les tympans de l'intrus, l'avait-il entendu au moins ? Elle était sur le point de crier un peu plus fort pour prévenir de sa présence lorsqu'elle le vit apparaitre sur le seuil de la guérite. Elle aurait du reconnaitre ses pas dans l'escalier. C'était bien la seule personne qu'elle arrivait à reconnaitre en l'entendant marcher. Ou bien qu'elle arrivait à sentir même s'il était derrière elle. C'était parfois perturbant d'ailleurs, de savoir qu'il était là sans le voir.

Elle le regarda et eut un semblant de sourire, avant de replonger son regard au loin visant la fenêtre. Étant assise par terre, elle n'avait qu'une vue sur le ciel dégagé, mais c'était bien mieux que d'affronter le regard de Daryl. Elle était certaine de fondre en larmes si jamais elle croisait son regard. Et comme s'il avait lu dans ses pensées, il s'installa à côté d'elle en silence. Sa simple présence réconfortait Carol. Sans qu'elle ne comprenne comment, il avait réussi à faire la seule chose dont elle avait vraiment besoin : être là pour elle.

« Envie d’en parler ? »

Elle lui fit signe que non de la tête, mais en vérité, elle aurait adoré pouvoir parler de Sophia pendant des heures. Mais elle ne s'accordait pas ce genre de choses. C'était bien trop douloureux de parler d'elle et elle enviait tellement les gens qui pouvaient parler de leurs morts. Elle détourna légèrement le regard et le vit jouer avec ses doigts. C'était un petit détail qui ne trompait pas : Daryl n'était pas très à l'aise à cet instant. Elle préféra garder le silence et savait pertinemment que cela ne mettait pas Daryl mal à l'aise. Elle aimait leurs silences et soupçonnait qu'il aimait ça aussi.
Mais là, il voulait connaitre le fin mot de l'histoire et ne lâchât pas le morceau :

« Et me sors pas une connerie comme quoi tout va bien. Dois bien y avoir une raison pour te mettre dans cet état… »

Elle sentit son regard poser sur elle et se sentit obligé d'en parler. Les yeux bleus de son ami avaient un sacré pouvoir de persuasion et elle défiait quiconque serait à même de résister à ce regard ! Alors elle ramena ses genoux contre sa poitrine, comme pour se former une armure. Parce qu'elle allait se confier à lui, elle n'avait pas peur bien au contraire, elle n'aurait parlé à personne d'autre que lui. Mais se recroqueviller sur elle-même la rassurait :

– Elle me manque, Daryl. Tous les jours, mon bébé me manque, mais aujourd'hui ... Je suis fatiguée de faire semblant que tout va bien.

Elle détourna les yeux pour le regarder et dès qu'elle croisa ses yeux clairs, elle sut qu'elle avait fait une grossière erreur. Une larme s'échappa, puis une autre et elle commença à pleurer doucement, sans bruit. Alors pour tenter de se calmer, elle détacha la montre qu'on lui avait offerte et la tendit à Daryl, sans le regarder. Il lui était difficile de parler, sa voix tremblait tellement, mais elle prit une grande respiration et s'expliqua :


– Terry m'a offert cette montre tout à l'heure. Tu vois la date, c'est l'anniversaire de Sophia aujourd'hui.


code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas

Admin
avatar


▲ Date d'inscription : 02/03/2015
▲ Messages : 317
MessageSujet: Re: Happy Birthday Sweetie - Feat. Daryl    Ven 28 Aoû - 0:40

Happy birthday sweetie

Carol & Daryl


« I do not fear the dead, they will unite us in the end. »
LJe me retrouvais au sommet de la tourelle aux côtés de Carol, mais ni l’un ni l’autre n’avions dans l’optique de surveiller les horizons. D’une part ce n’était pas le meilleur endroit pour ça, d’autre part Carol n’était pas en forme, ça se voyait, ça se ressentait et ça n’allait pas passer en second plan. Elle avait beau sourire, dire que ça allait ou autre, il suffisait de fixer quelques instants son regard pour remarquer cet éclair triste qui détruisait tous ses mots rassurants.
Je décidais de briser le silence, j’aurais très bien pu rester ainsi, assis à ses côtés sans prononcer le moindre mot et attendre qu’elle fasse le premier pas, qu’elle parle et se libère de ce qui semblait la plonger dans un tel état. Mais je connais suffisamment Carol pour savoir qu’elle n’aurait prononcé le moindre mot, qu’elle se serait contentée de s’apaiser ainsi avant de reprendre sa journée, l’air de rien, à s’affairer pour la prison.

Je m’étais décidé à la regarder en lui posant ma première question, elle refusa d’un signe de tête, mais je ne m’arrêtais pas là. Il y a un an j’aurais pas plus cherché, je me serais cassé et l’aurais laissée gérer seule ses soucis. Mais côtoyer autant de personne m’a pas mal changé, m’éloigner de Merle aussi.  Je restais de marbre à la pensée du frangin et me focalisais de nouveau sur Carol, la prévenant d’avance de pas essayer de me tromper pour que je lui fiche plus vite la paix.
Je n’ai pas pour habitude de pousser les gens de la sorte, d’ailleurs je le fais jamais, mais il y a des exceptions. Les anciens, mon groupe, ce petit clan de survivants qu’on a longtemps été, voilà les exceptions. Je m’attendais à ce qu’elle proteste, me renvoie chier peut-être même, enfin à la Carol s’entend. Mais elle n’en fit rien, je la vis se recroqueviller, me persuadant un peu plus que quelque chose la tracassait sérieusement. Carol ouvrit alors la bouche et je l’écoutais en silence. Ma mâchoire se contracta à ses premiers mots : « Elle me manque, Daryl. » Elle n’avait pas besoin de dire qui, de prononcer son prénom ou autre, je savais de qui elle parlait. Il suffisait de relever la tristesse qui envahit son regard à ses paroles, le timbre de sa voix se briser pour savoir…Sophia. Sa fille lui manquait.

Je ne disais rien, d’une part parce que je n’avais pas envie de la couper dans son élan maintenant qu’elle s’ouvrait à moi, d’autre part parce que je ne savais quoi dire, je n’avais pas à dire, juste à l’écouter, l’écouter dire ce qu’elle avait sur le cœur. « Je suis fatiguée de faire semblant que tout va bien. » Je ne pouvais être plus d’accord, Carol est bien celle qui cache le mieux ses émotions, c’est bien en cela qu’elle est devenue l’une des plus fortes du groupe, se dissimulant derrière sa carapace d’acier pour ne rien laisser paraître et ne pas être facilement atteinte. Mais aujourd’hui, quelqu’un avait réussi à ouvrir une brèche, découvrant ainsi une Carol terrassée par la perte de sa fille, pleurant son enfant, détruire par cette plaie qui ne guérirait jamais.
Je la vis pleurer mais ne détournais pas pour autant le regard. Je n’aimais pas la voir ainsi, je ne savais pas non plus comment réagir face à telle situation, mais je n’allais pas faire mon gêné, je n’allais pas détourner le regard sachant qu’elle le remarquerait et que cela n’arrangerait en rien son moral.
J’attrapais la montre, découvrant la date du jour. Tout partait pourtant d’une bonne attention… « Un cadeau... » Marmonnais-je. Mais inconsciemment ce Terry avait fait de la peine à Carol. J’opinais, repensant à Sophia. Je ne l’avais pas connue longtemps, je m’étais acharné à la retrouver et on avait fini par y parvenir… Sauf qu’elle n’était plus Sophia.
Le silence nous happa quelques instants alors que je ne quittais pas la montre et surtout la date des yeux. « Sophia… » Dis-je, pensif, avant de regarder de nouveau en direction de Carol. Cette dernière s’évertuait à éviter de croiser mon regard : « Elle aurait eu quel âge ? » Demandais-je dans un souffle. Depuis la mort de sa fille, Carol n’en avait plus réellement parlé et, à ce que je sache, personne n’avait vraiment osé lancer le sujet de peur de la blesser. Mais là, vu à quel point Carol semblait rongée par l’absence de sa fille, notamment en ce jour, j’imaginais qu’elle aurait besoin d’en parler, de se rappeler sa fille, de laisser champ-libre à ses émotions, ici, il n’y aurait personne pour la juger. Juste quelqu’un pour l’écouter jusqu’au bout.  

code by ORICYA.


_________________
Daryl Dixon

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Happy Birthday Sweetie - Feat. Daryl    

Revenir en haut Aller en bas
 

Happy Birthday Sweetie - Feat. Daryl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 04. Happy Birthday, Cat.
» 19 mai 1962: Happy Birthday to you mister president...
» ♪ Happy Birthday Sir ♪
» Happy birthday my love, from mum xx
» Happy birthday Mona and Rainer ♫♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Walking Dead Corporation :: Les RPs-