AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Let's move & hunt - Shanone & Daryl -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Admin
avatar


▲ Date d'inscription : 02/03/2015
▲ Messages : 317
MessageSujet: Let's move & hunt - Shanone & Daryl -   Jeu 26 Mar - 10:38

Let’s move & hunt

Shanone & Daryl


« Nothing will be like it once was. »
Je sortais juste de ma tente, enfilant  ma jacket, déposant au sol mon arbalète et mon sac à dos. Aujourd’hui, il était prévu que je fasse une excursion en compagnie de Shanone pour trouver de quoi compléter nos stocks de vêtements et de couvertures. Je m’étais porté volontaire et Shanone m’avait suivi.
Voilà quelques temps déjà que j’avais ramené Shannon parmi nous dans la prison, je pensais qu’avec le temps, elle se serait faite aux autres, se serait un peu ouverte. Mais ce n’était pas le cas, elle était encore distante et n’accordait pas facilement sa confiance. Plus ou moins comme c’est le cas pour moi. Alors je l’ai prise sous mon aile en attendant qu’elle guérisse des blessures de son passé.

Je regardais à ma droite pour voir la temps de la demoiselle. Pas un bruit. Pas un son. J’imaginais qu’elle devait donc encore dormir. Je levais les yeux au ciel. Ce n’était pas la première fois qu’elle me faisait le coup. Je ne la réveillais pas de suite pour autant et filais en direction de la prison pour trouver de quoi nous mettre sous la dent avant de partir à l’extérieur de l’enceinte de la prison.
Alors que j’étais dans le bâtiment je filais, ne saluant que les anciens du groupe pour la plupart, répondant aux salutations des autres par des hochements de tête ou des signes de la main. Je n’étais pas à l’aise avec toutes ces démonstrations d’affection dès le matin.
Une fois dans les réserves, je saluais Carol, restai même quelques instants pour parler avec elle alors qu’elle me donnait de quoi faire un petit-déjeuner à Shanone et moi-même. Après quelques instants, jugeant qu’il était temps d’avancer et que la jeune violoniste devait très certainement être levée maintenant je quittais Carol dans une esquisse et repartais vers le parc, chargé de café et barres aux céréales.

Je pestais en remarquant que la tente de la demoiselle n’avait pas bougée depuis mon départ. En clair, Shanone pionçait toujours. Je déposais les tasses et les barres à côté de ma tente pour pas qu’elles ne se renversent et filais ouvrir brusquement la fermeture éclair de sa tente :
« T’as fini de pioncer ? » Gueulais-je pour la réveiller en sursaut. C’était bel et bien ce qu’elle faisait, elle dormait profondément et commença à râler quand je rompis violemment le court de ses rêves. « Sérieux, Shanone debout sinon je me barre sans toi. » Menaçais-je en la laissant se lever, m’asseyant dans l’herbe et sirotant mon café, lui en tendant un et les barres aux céréales dès qu’elle fut sortie. Je réprimais un sourire en la voyant à peine réveillée et presque de très mauvais poil : « Bien dormi ? » J’osais même me moquer, il faut dire que Shanone a toujours été une marrante, alors pour une fois que c’est elle qui subit et pas les autres ses farces…

code by ORICYA.


_________________
Daryl Dixon

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

MessageSujet: Re: Let's move & hunt - Shanone & Daryl -   Jeu 26 Mar - 13:45

Let's move & hunt
En faite Daryl était le seul à avoir une once de normalité dans cette prison, les autres ils font des sourires comme le chat de Alice au pays des merveilles, ça fait trop peur.
Sauf Rick, mais depuis que sa femme est morte (d’après ce que j’ai entendus dire), il est chelou, mais un truc de fou.
Quand on est venu me saluer à mon arriver, je ne savais pas si c’était une secte et qu’il y aurait un rituel de passage, bah ouais, comme dans les tribus indienne, danser sur les zombies ou je ne sais quoi, bref …
Quand on m’avait demandé ou je voulais m’installer, j’ai regardé les cellules, avant de m’accrocher à Daryl comme une malade.
Moi ? Dans une cellule ? Puis quoi encore, mettez moi dans la lampe d’Aladin, j’ai opté pour une tente à côté de celle de Daryl, parce que je l’avoue, dehors je crève de trouille, sauf quand il est la.

Je dormais bien, le pieds total, aucun zombie n’allait venir me croquer, la vieille j’avais prévus une sortie de ravitaillement avec Daryl, YEAH! Parce que je commence à prendre racine la, j’ai besoin de bouger, bon se serait dangereux, mais j’ai tout de même vécus seule pendant deux ans à l’extérieur et je suis toujours la, c’est qui la meilleure ? Respect s’il vous plais.
Je pouvais enfin retrouver mon sommeil, un sommeil bien lourd, j’étais étalé sur mon matelas, tenant mon oreiller bien contre moi, lorsque j’entendis gueuler.
Je grognais enfouissant ma tête sous mon oreiller, oui Daryl je l’aime c’est sur, mais alors côté vocabulaire je vous jure, il a un accent de ouf, et moi un vocabulaire chelou parait-il, m’en fou, je fais ce que je veux, je suis une princesse.
Puis quand il repris la parole pour encore râler, je grogna de nouveau, me redressant pour lui balancer mon oreiller.
Je m’étira et le rejoignis dehors.

-Je suis une princesse donc tu me parle pas comme sa ok ?

Je pris un air fier lui prouvant que j’étais prête à la déconne, avant de prendre une barre céréales, dont j’ouvris rapidement l’emballage pour la manger, me laissant retomber à la renverse, tout en mangeant celle-ci, seulement c’est pas une bonne idée de manger à l’envers, alors je me redressais.

-J’ai dormis comme un hérisson écrasé sur la route, puis un ours enragé est arrivé et ma tirer de mon sommeil et toi ? Toujours aussi sympa le matin, tu sais que je te kiff ?

Dis-je dans un bâillement pas encore tout à fait réveillé.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

Admin
avatar


▲ Date d'inscription : 02/03/2015
▲ Messages : 317
MessageSujet: Re: Let's move & hunt - Shanone & Daryl -   Ven 27 Mar - 2:06

Let’s move & hunt

Shanone & Daryl


« Nothing will be like it once was. »
J’avais été celui qui était tombé sur Shanone à l’extérieur de la prison. Ou plutôt, elle m’était tombée dessus. Dans le sens premier du terme. L’un comme l’autre nous nous étions méfié du second, puis les évènements nous avaient rapprochés. Il y avait dans son regard un éclat intriguant qui me disait qu’elle avait beaucoup vécu, beaucoup perdu, trop tôt peut-être aussi et surtout qu’elle était effrayée. Par quoi, je pensais le savoir et pourtant je ne parvenais à ne pas m’empêcher de penser qu’il y avait bien plus que je ne le pensais. Elle m’avait intrigué, et c’est beaucoup demandé. Alors j’avais fait le choix de lui poser les trois fameuses questions… Et l’avais ramené à mes côtés dans notre refuge qui s’améliorait de jours en jours.
Je me souviens de l’accueil chaleureux auquel elle avait eu droit, après tout, une jeune femme qui survit seule aussi longtemps et par ses propres moyens ça en a attendrit plus d’un. Tous se sont montrés très accueillants et avenants, lui offrant le confort. Sa réaction m’avait fait sourire à l’époque, bien qu’elle marque d’autant plus le fait que la solitude l’avait sûrement marqué dans un sens. Elle s’était raccrochée à moi comme une enfant et depuis je l’avais prise sous mon aile. Vu son caractère, ce n’était pas toujours une partie de plaisir…

L’exemple parfait était bien sa ponctualité. Je n’aimais pas traîner, déjà que j’étais sympa et la laissais pioncer le temps de ramener de quoi grailler. Alors, après avoir fait mon tour, être revenu pour voir qu’elle n’avait pas ciller de sa tente, je ne me gênais pas pour la réveiller. Je n’y allais pas doucement. Sachant parfaitement que si je voulais vraiment la réveiller, pas la peine d’y aller avec des pincettes… Elle devait sûrement être habituée à ça. Elle grognait, mécontente que je l’arrache de son sommeil. J’attendais jusqu’à ce qu’elle se redresse. Si elle ne le faisait pas alors c’était certain qu’elle allait sombrer de nouveau dans son sommeil. Je pouvais tout aussi bien partir faire cette excursion seul, mais je savais parfaitement que si je faisais de tel, elle me tomberait dessus à mon retour. Cette fois dans le sens imagé du terme… Elle se redressa, me lança son oreiller que j’évitais de justesse et qui vint s’écraser à l’entrée de la tente. Je le lui relançais : « Allez, lève-toi, j’ai ramené le p’tit déj. » Ajoutais-je pour la motiver un minimum avant d’aller m’installer dans l’herbe. Elle me rejoignit plus rapidement qu’espéré et je lui tendais sa tasse de café.

J’eus un haussement de sourcils dubitatif lorsqu’elle se dit être une princesse. Bien sûr elle disait cela pour rire son petit air fini de me le prouver. Sirotant une gorgée de ma boisson je finis par contrer : « Ouais… ça reste à prouver… » Puis je repris après un instant, lui jetant un regard de biais : « T’as pas le droit à un traitement de faveur. » C’était faux, elle avait clairement droit à un traitement de faveur. Des nouveaux-venus, elle était la seule avec qui je parlais autant…
Alors que je lui demandais si elle avait bien dormi je secouais la tête à sa réponse. Il est presque impossible de lui tirer des réponses sérieuses, elle a toujours été ainsi, très désabusée et c’était très distrayant, amusant de voir que tout espoir d’humour n’est pas perdu dans ce monde détruit. Elle n’avait pas l’air réveillée et déjà elle enchaînait les questions. Je répondis déjà à la première : « J’aurais pu bien dormir, si quelqu’un n’avait pas ronflé la majeure partie… » Dis-je en fixant ma tasse, continuant de la taquiner un peu, sachant que ça finirait de la réveiller. Bien sûr c’était faux, un petit mensonge pour lui rendre la pareille.
Puis je repris pour répondre à sa deuxième question, enfin c’était plutôt une question rhétorique, mais vu que j’étais parti, autant continuer dans ma lancée : « Parfait, si tu ‘kiffes’ comme tu dis si bien, alors ce sera la même tous les matins. » Dis-je en la défiant du regard avant de compléter : «  Ou si tu préfères je peux te laisser dormir et donner un coup de main ici pendant que je me barre en excursion ? » Je savais déjà la réponse mais c’était ma manière de prouver que j’avais amplement bien fait de la réveiller.

code by ORICYA.


_________________
Daryl Dixon

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

MessageSujet: Re: Let's move & hunt - Shanone & Daryl -   Ven 27 Mar - 12:41

Let's move & hunt
C’est après ce terrible échec de l’oreiller qui rate sa cible, que je suis sortis de ma tente, pour rejoindre celui qui avait troublé mon sommeil en gueulant comme un putois.
Mais il avait tout de même dit un mot magique, le mot vital, le mot qui vaut de l’or! Il a ramené le petit déj’, alors oui, je sors de ma tente pour aller manger, parce que dormir ça paraît pas, c’est fatigant et j’ai grand faim.
Tout en déconnant avec Daryl, je dévorais ma barre de céréales avant de boire ma tasse de café.
Cela faisait quelque mois que j’étais ici et pourtant, j’avais toujours peur que du jour au lendemain je n’ai plus rien à manger.
Deux ans à manger très peu, voire rien, j’étais arrivé complètement affaiblis, j’avais aussi horriblement maigri, alors depuis que j’avais à manger, je ne me faisais pas prié, surtout que j’ai toujours été gourmande.
Je suis aussi une nature hyperactive, alors mon organisme consomme énormément, alors oui, j’ai souvent faim.
Terminant mon café d’une traite, je tirais la langue à Daryl lorsqu’il me dit que je n’avais pas le droit à un traitement de faveur, oh que ce n'est pas juste … Ok, je sais que mon loulou plaisanté (n’allait pas chercher pourquoi je l’appelle Loulou, sans doute le fait qu’il me fait penser à un loup), il est différent avec moi, naturel et il ne fait pas peur, quoique ce soit un grand râleur, mais je m’en moque qu’il râle, faut bien qu’il fasse sa voix et montre qui est l’homme, ça me donnait encore plus envie de lui faire un câlin.
Puis à sa remarque sur les ronflements (évidemment une remarque destinée pour moi), j’ouvris la bouche outrée, avant de lui offrir un magnifique mutin.

-Nan mais tu n’a pas compris, les princesses ronflent, d’ailleurs j’ai une théorie là-dessus

Je reposais ma tasse de café maintenant vide, m’asseyant en tailleur bien en face de Daryl pour lui expliquer.
Je suis créative, je l’admets, mais j’aime me faire des scénarios dans ma tête, ça me passe le temps et si ça ce trouve, j’ai raison!

-Les princesses ronflent pour que les princes charmants les retrouvent plus vite, alors évidemment il y a toujours une histoire de dragon, lui il croit que c’est les grognement de dragon, alors pendant que ce gentil dragon fait son dodo, il s’amène pour le buter et pendant le combat, la princesse qui ronfle, bien elle se réveil, attends elle va pas dormir avec le bordel qu’ils foutent en bas ou en haut bref, elle se refait une beauté et se lave les dents, parce que forcément après avoir dormi, désolé mais tu pue, alors le prince il tue le dragon, plus de ronflement, et ce con croyait encore que c’était le dragon, le princesse fait semblant de dormir et hop il vient la réveiller et ils vécurent heureux et ronflèrent tout les deux, jusqu’à faire chambre à part, fin!

Ce n'est tout de même pas compliqué à comprendre, les princesses sont très rusées, par contre la belle au bois dormant, elle a dormi 100 ans, elle aurait pu ronfler plus fort, enfin bref, maintenant il fallait que je pense à me préparer, aujourd’hui je partais avec Daryl en dehors de cette prison.
Évidemment lorsque Daryl me confirma qu’il allait finir par partir si j’étais trop longue, je rentrais rapidement dans ma tente pour me préparer.
Bon je n’avais pas grand-chose à prendre, mettre mes chaussures, mon sac, mon poignard, mon violon et des flèches que j’avais fabriqués pour Daryl.
Oui en deux ans j’avais appris à être manuelle, je savais affuter des pierres pour les rendre tranchantes, puis avec ce que je trouvais, bien je pouvais faire des poignards ou des flèches.
Sortant de la tente avec mon sac à dos sur le dos (pendant que nous y sommes), j’attachais mes cheveux en couette haute, avant de donner les flèches à Daryl, il devait y en avoir une dizaine.

-Cadeau, pas première qualité, mais du fait maison, alors pierre trouvé un peu partout affuté pendant des heures dehors pour les rendre tranchantes, ensuite j’ai bricolais, bidouillais pour en faire des bonnes flèches, tu peux toujours essayais Robin des bois

Puis je sautillais prête à l’aventure, m’amusant à faire la roue, ouille, FBI, fausse bonne idée avec le sac à dos.
Je me relève et regarde Daryl.

-Roh dis tu es long ce matin, la prochaine fois je t’attendrais pas

Dis-je amusée histoire de le taquiner un peu
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

Admin
avatar


▲ Date d'inscription : 02/03/2015
▲ Messages : 317
MessageSujet: Re: Let's move & hunt - Shanone & Daryl -   Mer 1 Avr - 1:29

Let’s move & hunt

Shanone & Daryl


« Nothing will be like it once was. »
Shanone finit par s’extirper de sa tente avec toute sa délicatesse et bonne humeur. Apparemment l’idée que j’ai rapporté de quoi petit-déjeuner fut plus forte que son envie de dormir dans sa tente et elle mangea goulument la barre et le café que j’avais pris dans les réserves. J’en vins à me plaindre, sans réelle raison, de ronflements nocturnes. Plainte visant à l’affecter même si elle n’est en aucun cas véridique. J’eus un petit rire à sa réplique, ou plutôt à son monologue qui suivit.
Quand elle me dit qu’elle avait une théorie sur les ronflements j’inspirais profondément, sachant que j’allais droit à sa vision loufoque de la chose. Ce n’était pas faux… Alors je continuais mon café, lui jetant quelques coups d’œil, elle s’était placée en face de moi pour être sûre de capter mon attention, difficile d’y échapper avec elle. Je l’écoutais, ponctuant son récit d’haussement de sourcils et d’hochements de tête pour qu’elle sache que j’écoutais toujours, même si au fond ce n’était pas réellement le cas. Elle m’avait perdue dans son explication, mais je ne le lui indiquais pas, sachant parfaitement que ce ne serait qu’une invitation à développer de plus belle et je ne me sentais pas prêt à ça. Alors je conclus simplement, déposant à mon tour ma tasse vide :
« J’ai jamais lu de contes, je savais pas que les nanas avaient besoin de princes pour se défendre. » Ajoutais-je en lui jetant un rapide coup d’œil « T’as pas besoin qu’on te défende toi, alors t’es pas une princesse. » Affirmais-je en me redressant finalement, reprenant sur sa remarque faite concernant son présumé statut royal.

Il suffit que je menace de partir sans elle pour qu’elle file se préparer en vitesse. Alors pendant qu’elle se préparait j’allais moi-même vérifier mes affaires. Elle sortit bien rapidement, alors que j’allais prendre mon sac et passer mon arbalète quand elle me tendit un carquois plein de nouvelles flèches. J’arquais un sourcil quand elle me dit que c’était un cadeau : « Depuis quand t’es gentille et tu fais des cadeaux… » Remarquais-je avant d’examiner les carreaux fabriqués par ses soins. Bien aiguisés et nets c’était clairement du beau travail malgré quelques petites irrégularités. Après tout, elle est humaine, j’en fais aussi, on ne peut pas s’attendre à la perfection quand on a pas la dizaine de machines nécessaires à la bonne création de munitions. Je lançais le carquois sur mon dos, décidé à les essayer lors de la sortie : « Elles ont intérêt à marcher sinon… » Je laissais ma phrase en suspens, la regardant de biais.

Elle sautillait, apparemment d’un coup bien réveillée et prête à sortir du campement pour aller errer aux alentours. Elle fait je ne sais quelle acrobatie et voilà qu’elle se rétame. Je lève les yeux au ciel, commence à mettre mon sac quand elle se plaint de ma lenteur, je plisse mes yeux et la rejoins, la dépasse : « C’est ça, c’est ça, aller avance petite sinon on va y passer la journée. » Ajoutais-je en la bousculant gentiment avant de descendre la bute sur laquelle se trouve nos tentes pour rejoindre l’entrée de la prison, là où est garée ma bécane, mais aujourd’hui on opte pour une voiture, on va sûrement avoir des choses à ramener...
Une fois devant on me dit qu’elle a de l’essence mais qu’il faudra penser à aller vider d’autres véhicules, on risquerait d’en manquer bientôt. J’opine, il suffit de trouver un garage ou un parking de supermarché, avec un peu de chance il restera quelques gouttes.
Je monte derrière le volant et jauge Shanone du regard : « Tu grimpes mais tu fais pas l’imbécile sinon je t’abandonne sur la chaussée, ok ? » Dis-je avant de la laisser s’installer dans la voiture et de démarrer alors qu’on nous ouvre l’entrée de la prison. Le moteur gueule dans le nouveau silence du monde, j’apprécie le vent frai malgré le soleil et avance un moment à la recherche d’un endroit qu’on n’aurait pas encore vidé. J’en avais repéré un, la veille sur une carte poisseuse des alentours de la prison. Une petite ville en bordure de bois, un supermarché… Peut-être des vivres, des vêtements ou encore de l’essence…

code by ORICYA.


_________________
Daryl Dixon

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

MessageSujet: Re: Let's move & hunt - Shanone & Daryl -   Jeu 2 Avr - 23:14

Let's move & hunt
J’adorais être en compagnie de Daryl, il était vraiment unique en son genre, si des personnes venaient à l’éviter à cause de son air fermé, loup sauvage, moi j’étais la première à venir vers lui pour lui offrir un sourire.
Il a son propre caractère, il ne le cache pas sous de l’hypocrisie, il est direct et honnête, c’est-ce que j’apprécie chez lui aussi, car dans cette prison, avec les autres survivants, j’avais tellement l’impression de vivre dans le mensonge que je pris prenais peur.
Le monde n’est plus ce qu’il était, nous avons tous perdu un être cher et voir des personnes me tendre la main aussi facilement, me rend que plus méfiante.
Certes Daryl me l’a tendue, mais celui-ci l’a fait à sa façon, il n’avait pas fait l’hypocrite de « je te ramène parce que tu es seule en forêt et tu fais peur à voir » non.
Il est tout de même resté sur ses gardes, car même une petite personne peut être dangereuse.
Au bout de deux ans seuls, à lutter pour rester en vie, j’ai appris énormément de chose, si avant on disait : ce n’est pas la petite bête qui va manger la grosse, bien je peux dire que vue la situation, la petite bête peut manger la grosse, surtout quand elle est affaiblie et blessée, je peux aussi faire référence à ce virus, après tout, c’est à cause de lui que ce monde est si chaotique.

Mais revenons à mon cher loulou râleur, oui j’adore l’appeler ainsi, après lui avoir expliqué ma sublime théorie de la princesse ronfleuse, il ajouta quelque chose, qui fit que je n’étais guère étonné pour lui.
Puis finalement à ses dernières paroles, je sautais comme un ressort vers Daryl.

-C’est quoi un compliment ? De tout sens les princesses sont des pétasses vue que des dragons meurt à cause de ces menteuses

Dis-je une moue boudeuse, avant de reprendre mon sérieux, puis de filer dans ma tente me préparer.
J’étais fière des flèches que j’avais fabriqué, disons que c’était une façon pour moi de dire « merci » et « je t’aime » en même temps, de prouver à une personne que celle-ci compte pour moi.
Bien sur, j’étais aussi la première à faire des blagues pour montrer comment j’aimais aussi la personne en question.
En faite, quand je suis bien avec quelqu’un, je suis naturel, je n’ai pas à me méfier, je suis en sécurité.
Ressortant de ma tente, lui donnant fièrement les flèches, je penchais la tête sur le côté à aux paroles de Daryl, un petit air mutin.

-Je suis gentil et je fais des cadeaux depuis que je suis avec toi, tu es un loup solitaire, il te faut bien la présence d’une meute de temps en temps tout de même

Je lui tirais la langue à son regard en biais et sa phrase suspens, avant de partir et de tenter des acrobaties, mais disons que ce n’était pas une très bonne idée, alors j’allais me calmer rapidement, avant de me casser quelque chose avant même d’être sorti de la prison.
Je relevais la tête fièrement aux paroles de Daryl, plongeant mon regard dans le sien.

-Je ne suis pas petite mon cher, c’est toi qui est grand

Et je lui offris de nouveau un clin d’œil, avant de repartir en courant vers la voiture.
Oui, aujourd’hui pas de moto, on allait ramener des provisions, il allait nous falloir de la place.
Puis mon visage se referma directement quand j’arrivais devant la voiture, il y avait trois personnes, je ralentis et attendis que Daryl soit à mes côtés, regardant les autres survivants d’un air méfiant.
Finalement une fois qu’il eut terminé de parler avec les autres, on put monter dans la voiture et je ne me fis pas prier.
De suite j’avais perdu mon sourire, alors Daryl continué d’être naturel, mais je ne disais plus rien, attendant qu’on soit sorti de la prison et hors de vue pour redevenir naturelle.
Regardant la prison s’éloigner, j’eut un petit sourire en coin, avant de me retourner vers Daryl.

-Tu me connais je suis sage, mais ça me manque la musique, avant j’écoutais de la musique toute la journée à m’en exploser les tympans, vue qu’il n’y a plus de radio, bien tu vois j’en joue, mais ça attire tout les zonards du coin, faut croire que les rôdeurs aiment la musique, tu vois je joue tellement bien j’ai un public déchaîné apte à venir enfoncer les grilles, mais je ne jouerais pas, parce que je n’aime pas ce public … Donc on commence par quoi ?

Je sorti un paquet de bonbon et je commençais à un manger un.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

Admin
avatar


▲ Date d'inscription : 02/03/2015
▲ Messages : 317
MessageSujet: Re: Let's move & hunt - Shanone & Daryl -   Lun 6 Avr - 1:36

Let’s move & hunt

Shanone & Daryl


« Nothing will be like it once was. »
Contrairement à beaucoup qui interprètent ma froideur de telle sorte qu’ils gardent leur distance avec moi, Shanone n’en faisait rien. Ça n’avait fait que la rapprocher de moi et l’avait en rien éloignée. Elle a réellement sa propre manière d’interpréter et de voir les choses. Elle était bien l’une des rares à apprécier mon caractère renfermé et désagréable. Oui, je me rends bien compte du caractère que j’ai, que ça saoule certains, effraie d’autres, fais marrer des imbéciles, mais je vais pas changer pour leurs beaux yeux. C’est sûrement le fait que Shanone n’ait pas adopté le même comportement que ces gens à mon égard qui a fait qu’on s’est rapprochés.
Ça ne s’était pas fait du jour au lendemain, ça s’était construit avec le temps. Je l’avais ramené mais l’avais surveillée, gardant un œil sur elle, ses faits et gestes, surtout en la voyant pas se fondre dans la masse comme la plupart des survivants qu’on avait ramenés. Mais elle avait su faire ses preuves, se montrer digne de confiance et attachante.

Je levais les yeux au ciel, agrémentant l’une chose d’un ‘pff’ lorsqu’elle se mit à sautiller et me demander si je lui avais fait un compliment. Elle trouvait toujours moyen de tourner les choses à sa manière, elle débordait d’imagination, c’était certain, mais aussi de répartie, ayant toujours le dernier mot. De toutes manières, je pense qu’il valait mieux, sinon son égo en prendrait un coup et ce serait sûrement impossible de la gérer… Déjà que quand elle s’excite c’est une vraie pile alors Shanone vexée ? Pas la peine de tenter…

Je fus étonné de la voir me tendre des flèches, habitué à me débrouiller seul avec mes armes, sans que personne ne s’en préoccupe réellement ou n’y pense. Je ne savais trop comment réagir, pas à l’aise dans ce genre de situation. Pas à l’aise dans n’importe quelle situation sociale d’ailleurs… Notamment pas celle qui implique remerciement et autres interprétation de ce genre. J’eus un sourire à sa justification et notamment lorsqu’elle me traita de loup solitaire : « Depuis quand je ressemble à un loup ? » Elle refit sa gamine lorsque je feignais de douter de leur capacité et tranchant. J’inspirais profondément à sa réplique alors que je la traitais de petite. La journée promettait d’être forte en répartie, je n’allais pas m’ennuyer pendant cette excursion…

Elle commença à galoper enjouée, pressée de sortir de la prison sûrement, enfin, elle n’a pas réellement besoin de raison pour courir et sautiller partout… Elle s’arrêta soudainement, je crus d’abord qu’il s’agissait d’un de ses nouveaux jeux puérils, du moins, jusqu’à ce que j’arrive à sa hauteur et découvre qu’il y avait quelques personnes près du véhicule qu’on devait emprunter pour sortir piller. Je passais à côté d’elle, la bousculant gentiment au passage : « J’les laisserais pas te bouffer, si t’es sage. » Mais elle resta sérieuse, méfiante, gardant un œil sur les trois types, sentant son regard alors que j’échangeais quelques mots avec eux et récupérais les clés de la voiture. Ce ne fut qu’une fois qu’on se fut éloigné de la prison qu’elle retrouva le sourire et je m’abstins de tout commentaire supplémentaire, je savais que sa méfiance cachait quelque chose de dur, de complexe, pas la peine de l’y faire replonger. Je la préfère amplement sourire aux lèvres…

Elle répondit enfin alors qu’on s’était éloigné et que la prison diminuait petit à petit dans les rétroviseurs de la voiture, gardant une main sur le volant, j’arquais en sourcil sans pour autant quitter la route des yeux. « Ouais évite de nous ramener tes fans à la prison, on s’est payé suffisamment de tarés pour le moment… » Grommelais-je en repensant à ce connard de Gouverneur, à tout ce qu’il avait détruit et surtout à Merle, qu’il avait condamné, pourri et qu’il m’avait fallu tuer. Je me renfrognais un instant, mordant nerveusement mon ongle, perdu dans ces pensées jusqu’à ce que Shanone ne m’en extirpe en me demandant ce qu’on allait faire, faisant du bruit avec ses bonbek : « On va commencer par aller en ville, il y a une rue que je n’ai pas exploré en détail, manque de temps. Elle est pas clean par contre. » Ajoutais-je en jetant un coup d’œil à la jeune fille. Il allait falloir se battre, nettoyer du rôdeur et pas seulement fouiner, fallait qu’elle s’y prépare. Elle se goinfrait de ses bonbons et j’eus un petit rire moqueur : « Si t’as mal au bide tu viendras pas te plaindre… »

code by ORICYA.


_________________
Daryl Dixon

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

MessageSujet: Re: Let's move & hunt - Shanone & Daryl -   Jeu 9 Avr - 22:01

Let's move & hunt
Daryl n’avait pas besoin de la compagnie d’une personne possédant un mauvais caractère, car celui-ci n’avait pas forcément un caractère grognon, en faite, j’avais pus de suite lire un lui un passe chargé.
Il n’avait pas besoin qu’on l’emmerde, il avait surtout besoin d’une personne qui pourrait lui faire oublier la dureté de la vie, même si moi-même je trouvais cela difficile, j’adorais voir ses diverses réactions à mes taquineries, j’avoue que moi-même parfois j’arrivais à me fatiguer.
Daryl est le genre d’homme simple qui en a déjà trop vue, il ne faut pas avoir la grosse tête pour le savoir, je le voyais comme un loup, un animal tranquille, qui aime sa meute, qui aime sa liberté et possède aussi un sacré caractère.
Avec Daryl je peux être moi, d’ailleurs il est le seul que je laisse approcher, si ce n’était pas lui, de suite j’étais prête à attaquer ou prendre la fuite.
Puis en offrant les flèches à Daryl, j’eu un petit sourire à mon tour devant le sien, c’était rare de le voir sourire et c’était toujours très agréable.
A sa question, je haussais simplement les épaules.

-Dans une meute, il y a souvent un loup qui reste en retrait pour surveiller et protéger la meute, il est calme, il a du caractère, il aime sa liberté, tu es un loup

Dis-je une moue boudeuse, avant de reprendre mon sérieux, puis de filer dans ma tente me préparer.
Bien oui l’explication est simple, enfin en tout cas, c’était tout à fait logique pour moi.
Ayant hâte de sortir de cette prison, qui est tout de même un lieu de refuge, le lieu qu’en général personne ne veut quitter, pour être sur de rester en sécurité, seulement avec moi il ne faut pas trop chercher.
C’était l’apocalypse, très bien, mais je n’allais pas me cloîtrer dans une prison pour y moisir, surtout que j’étais resté plus de deux ans seule, alors côté défense, je m’y connaissais assez.

Aujourd’hui Daryl m’emmenait chercher du ravitaillement, j’étais plus qu’heureuse, j’avais hâte de sortir hors de cette prison.
Alors que je courrais vers la voiture, je m’étais stoppé net devant les autres survivants.
Si j’aurais pus m’agripper à Daryl, je l’aurais bien fait, à la place je restais collé à lui, comme pour me cacher derrière celui-ci.
Je n’avais confiance en personne, surtout depuis qu’on avait tué mon père, surtout depuis que j’avais découvert que je pouvais contrôler des … Cauchemars.
C’est à peine si j’entendis ses mots.
Finalement une fois à bord de la voiture, je commençais à me détendre petit à petit, jusqu’à ce que Daryl démarre la voiture et que l’on s’éloigne de la prison.
Cette fois-ci mon sourire revint et je commençais donc ma dégustation de bonbon.
Puis j’eu un rire à ses paroles, lui tendant le sachet de bonbon.

-T’en fais pas, je joue en privé, d’ailleurs j’ai encore quelque place, pour toi je te mets chez les VIP


Une rue pas clean, ça allait le faire, j’avais ce qu’il me fallait avec moi, j’avais même ma technique redoutable pour faire sortir les zombies des magasins.

-Tu sais quand j’étais seule, bien je montais sur les toits des magasins, ensuite je jeté des cailloux, des canettes et tout les zombies sortaient du magasin en entendant le bruit, alors je pouvais rentrer tranquille, bon il en restait deux ou trois, mais un coup de poignard et bam!
Je fis le signe du coup de poing un sourire aux lèvres, avant de continuer de grignoter des bonbons.
Je fis une petite moue boudeuse.

-Meuh j’ai faim moi et toi tu clope, donc voila, chacun son truc

Dis-je en lui tirant la langue, un petit sourire en coin.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

Admin
avatar


▲ Date d'inscription : 02/03/2015
▲ Messages : 317
MessageSujet: Re: Let's move & hunt - Shanone & Daryl -   Mar 14 Avr - 3:37

Let’s move & hunt

Shanone & Daryl


« Nothing will be like it once was. »
Shanone m’avait toujours amusé. Certes, pas trop au départ, surtout quand elle m’était tombée dessus, là, je l’avais plus détestée qu’autre chose. Puis j’avais été méfiant, puis plus sympathique, jusqu’à devenir protecteur… C’est une jeune fille très attachante, c’est certain, et si elle n’avait pas eu ce braquage à chaque fois qu’elle croisait les autres survivants, et bien elle se serait très certainement parfaitement intégrée en très peu de temps. Mais son passé lui avait sûrement mis de sacrés bâtons dans les roues pour qu’elle soit ainsi. Ce n’était pas mes affaires, alors je n’insistais jamais, ni même l’évoquais, me contentant de la laisser s’accrocher à moi. Même les survivants de la prison avaient finis par s’y faire je crois…

J’écoutais son explication sur le pourquoi du comment j’étais traité de loup solitaire. Ça tenait la route. Faut dire que Shanone est douée d’une répartie sans égal. Elle ne sembla pas apprécier le fait que je conteste ce surnom affectif, elle se braquait rapidement la petite. Mais ça ne durait jamais bien longtemps. La preuve, à peine était-elle prête qu’elle était de nouveau pimpante et prête à filer pour notre sortie.
Beaucoup craignent de sortir, préfèrent ne même pas y penser, s’enfermant dans ce petit monde parfait qu’est la prison. Mais je pensais que cela pouvait devenir un piège, pourrait peut-être même causer notre perte. Il ne faut pas oublier ce qui se trouve à l’extérieur, il faut continuer de s’y préparer, d’y faire face, et ne pas en faire une normalité. Ne pas les voir comme des insectes peuplant notre jardin… Car c’est plutôt nous les insectes à leurs yeux, ils sont bien plus nombreux que nous…

Encore une fois, le côté associable de Shanone pris le dessus lorsqu’elle remarqua qu’il y avait du monde à l’endroit où nous nous rendions. Elle se cacha en tentant de rester discrète. Je remarquais que les dis n’avaient pas manqué de relever qu’elle s’était cachée et je les voyais ouvrir la bouche pour une remarque. Je leur jetais un regard glacial pour les dissuader d’émettre le moindre son à l’encontre de Shanone. C’était pas la peine, ça ne ferait que la faire fuir. Alors ils se turent et ne dirent rien qui pourrait la blesser. Elle n’avait pas dû s’en rendre compte, vu qu’elle fixait ses pieds, évitant le regard des types.

Il suffit qu’on s’éloigne de la prison et des survivants pour qu’elle retrouve son enthousiasme naturel. Elle pouvait réellement passer d’un extrême à un autre et c’en était presque impressionnant. J’eus un sourire à l’évocation de ses ‘fans’, pas étonné qu’elle s’entende presque plus avec les rôdeurs qu’avec les survivants… « Je crois que je vais laisser ma place… Très peu pour moi de me retrouver au milieu de tes fans lors de tes représentations… » Dis-je faussement pensif en imaginant la scène. Effet qu’avait aussi Shanone sur moi, elle polluait mon esprit avec ses idées délurées et complètement décalées. Elle se mit à grignoter des bonbons et alla même m’en proposer, je lui jetais un coup d’œil suspicieux : « C’est un piège c’est ça ? Tu vas pas me bouffer si je te veux un de tes bonbek ? » Questionnais-je légèrement moqueur de son addiction pour les sucreries.

Je lui expliquais un peu ce à quoi il fallait qu’elle s’attende pour cette excursion. Elle avait longtemps vécue seul dans ce monde détruit, à survivre tant bien que mal, mais je savais qu’il pouvait être complexe de se retrouver de nouveau sur le terrain parfois. Que ça pouvait même se relever déprimant par moment. Et je n’avais pas envie que cela arrive à Shanone.
J’écoutais sa technique de diversion en opinant : « T’es futée au final, tu peux te montrer maligne quand tu veux en fait… » Dis-je avec un air impressionné exagéré pour la taquiner encore une peu. Une fois sur le terrain j’aurais peut-être moins l’occasion de le faire alors j’en profitais encore une peu. Elle rétorqua à ma remarque sur ses bonbons et je la regardais encore une fois du coin de l’œil : « Rappelle-moi déjà ton âge ? »  Une dernière taquinerie avant qu’on n’arrive à l’endroit prévu.

Je ralentissais dans les rues, ne désirant pas que le moteur fasse trop de bruit et n’attire trop de rôdeurs, il me fallait tout de même approcher la caisse si l’on trouvait des choses utiles, sachant que pour Judith on trouvait souvent des choses encombrantes. Je mettais le frein à main, attrapais mon arme et sortais pour faire le tour de la voiture et ouvrir la portière à Shanone : « Parée princesse ? » Questionnais-je en lui jetant un coup d’œil avant de surveiller les environs.

code by ORICYA.


_________________
Daryl Dixon

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

MessageSujet: Re: Let's move & hunt - Shanone & Daryl -   Mer 15 Avr - 23:02

Let's move & hunt
Pendant que nous étions en voiture j’avais une musique en tête, que je ne pouvais m’empêcher de fredonner.
On ne peut pas vivre sans musique, c’est une véritable torture, alors dès que je pouvais trouver des piles, des cassettes, des Cd's, des baladeurs, de suite je les prenais, je devais en avoir toute une pile dans ma tente.
Quand j’étais seule, il m’arrivait de fredonner, malheureusement ça attire les rôdeurs, donc valait mieux éviter, mais depuis que j’avais rencontré Daryl, c’était différent, de plus il est du genre très silencieux, calme et moi je ne vais pas toujours l’abrutir à parler encore et encore, sinon moi-même je serais fatigué et je ne me supporterai plus, alors je me plonge dans mes rêves et je fredonne.
En ce moment c’était de jouer du violon qui me manqué.
Lorsque j’étais sûr qu’il n’y avait personne dans la prison, j’allais en jouer, les mures sont tellement épais qu’aucun son ne peut sortir pour attirer les zombies à l’extérieur.
J’aimais jouer du violon, je pouvais m’évader, danser, être moi-même … La musique, c’est ma vie.
Alors il ne fallait pas s’étonner que je parle de violon à Daryl, qui d’ailleurs, serait le seul à avoir le droit d’écouter, je n’ai pas confiance dans les autres survivants … Sauf Rick … Puis sa toute petite évidemment, mais le reste … Valait mieux rester prudent.
Alors que j’avais proposé à Daryl d’être VIP, celui-ci déclina mon invitation et son explication me fit rire.

-Nah je veux dire, dans la prison quand il y a personne, les murs sont tellement épais, concert privé rien que pour toi, mais la prison n’est jamais longtemps vide

Dis-je avec une petite moue, tout en continuant de manger des bonbons.
J’eu ensuite un immense sourire aux propos de Daryl, lui donnant même une toute petite tape derrière la tête.

-Il te faut aussi ta dose de sucre, nous sommes de sortis

Je lui tendais toujours le paquet de bonbons attendants qu’il se décide.
Oui j’aime le sucre, c’est sans doute pour ça que je bouge énormément, seulement j’aime manger, je suis gourmande.
Alors que nous continuons notre route vers une ville proche de la prison, Daryl me fit une sorte de « règlement », bon dit comme ça, ça paraît autoritaire, mais disons que c’était plutôt un moyen de prévention, on n'allait pas faire nos courses aux magasins du coin, avec des clients qui payent par carte bleue, là nous devenions la bouffe des ex-clients.
Puis à sa réflexion je lui tirai la langue, celle-ci bleue due aux bonbons.

-Mais comment tu crois que j’ai du vivre pendant deux ans ? C’est une question de logique et les rôdeurs sont attiraient par le bruit, alors ils allaient faire un tour dehors, prendre l’air, s’aérer, en plus ils puent et j’ai 30 ans mon cher, même si je ne l’ai fait pas …

J’ai toujours fait jeune, c’était tout de même étrange, comme si j’étais prisonnière dans une sorte de jeunesse éternelle, enfin du moins, plus longue que la normale.
Finalement nous arrivions dans la ville, je regardais les alentours, prenant mes armes et un grand sac, Daryl m’ouvrant la porte, je le remerciais d’un signe de tête, les choses sérieuses commençaient.

-Merci mon prince, alors de quoi avons-nous besoin en priorité ?

Dans cette petite ville il y avait de tout, mais il ne fallait pas oublié qu’elle avait été souvent pillé.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

Admin
avatar


▲ Date d'inscription : 02/03/2015
▲ Messages : 317
MessageSujet: Re: Let's move & hunt - Shanone & Daryl -   Lun 20 Avr - 1:24

Let’s move & hunt

Shanone & Daryl


« Nothing will be like it once was. »
Shanone fredonnait mais je ne relevais pas. Je me souviens qu’au début, quand elle avait débarquée et que je me l’étais coltinée, elle me gênait pas mal avec sa folie de la musique. Bien sûr, la musique est aussi quelque chose que j’apprécie énormément et qui me manque d’autant plus. Mais entendre des gens chantonner ou fredonner avait largement l’art de m’insupporter. Du moins, autrefois, parce que là, je la laissais faire en m’abstenant de tout commentaire désagréable et inutile.
Shanone a tout de la pipelette de service, et pourtant, je crois qu’elle avait su bien me cerner et donc savait que je ne participerais jamais activement aux conversations, donc qu’au final, elle les ferait sûrement par elle-même… Sûrement pour cela qu’elle fredonnait, préférant cela à parler seule, ce que je comprenais très bien. « Ah d’accord, alors oui je veux bien t’entendre jouer du violon. » Dis-je en comprenant finalement ce qu’elle voulait me dire. Haussant les épaules quand elle dit que la prison n’était jamais longtemps vide : « On trouvera un bloc à vider pour que tu me fasses écouter, t’inquiète pas. » Ajoutais-je avec un clin d’œil pour la rassurer en remarquant sa petite moue.

J’eus le droit à une petite tape de sa part qui n’eut pas lieu de me faire mal mais plutôt sourire, prenant un bonbon, juste un, capitulant : «  Voilà, t’es contente ? » Demandais-je en avalant le  bonbon bien trop sucré à mon goût. J’eus un petit rire et me montrais même moqueur à son égard face au plan qu’elle mettait à exécution quand elle était seule. J’eus un nouveau sourire quand elle se justifia de plus belle et je répétais : « Alala, 30 ans, déjà… Bah t’as de la chance de faire plus jeune. » Ajoutais-je en haussant un sourcil, la plupart du temps, on a tendance à prendre un gros coup de vieux avec la fin de notre ère, le début de la fin et les attaques répétitives… Mais pas Shanone, loin de là…

On arrivait enfin à destination et je lui ouvrais la porte, m’amusant de la réplique qu’elle enchaîna à mon attention, puis je regardais autour de moi, avant de lui répondre, gardant un œil sur les alentours pour qu’on ne soit pas surpris par des rôdeurs : « Si on pouvait trouver des médocs ça serait pas mal, mais vu le nombre de gens qui a dû passer par ici, je doute qu’on en trouve autant que prévu… » Hésitais-je avant de m’avancer doucement jusqu’à une maison non loin, entrouvrant la porte et tapant contre le mur du pommeau de mon poignard pour attirer les rôdeurs qui pouvaient se trouver à l’intérieur : «  Autant commencer petit à petit, on prend tout ce qu’on trouve d’utile et d’intéressant, et on en fait pas qu’à sa tête … » Ajoutais-je en lui lançant un regard accusateur, la sachant  très têtue… Même si elle savait faire la part des choses, à croire que j’avais envie de la taquiner aujourd’hui.


code by ORICYA.


_________________
Daryl Dixon

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

MessageSujet: Re: Let's move & hunt - Shanone & Daryl -   Jeu 23 Avr - 22:04

Let's move & hunt
J’eut alors un immense sourire, le sourire digne des gosses le matin de Noël devant des cadeaux, quand Daryl accepta de venir me voir jouer.
En rien ce n’est de la vantardise, je joue du violon depuis bien trop longtemps, pour moi c’est à la limite d’être automatique, c’est aussi un besoin et j’ai toujours aimé partager mon donc avec les personnes que j’aime, ce qui était donc, très rare.
Pour rentrer dans mes petits papiers, il y avait pas mal de test à passer, des tests dont la personne n’en avait aucune connaissance.
C’était simple en fait, j’étudiais cette personne par ses faits et gestes, sa façon de se comporter, de parler, de juger les autres, je relevais ses qualités et ses défauts.
Une chose dont ma mère a toujours été très fière, d’ailleurs dans l’endroit où elle travaillait, elle c’était empressé de le dire.
Observatrice on me disait, capable de lire chez les autres, moi j’avais arqué un sourcil ayant déjà hâte de repartir faire ma gym.
Daryl avait passé les tests avec succès, si j’avais une médaille d’or sur moi, il l’aurait amplement mérité, mais très de rêverie, il me promit aussi qu’il trouverait un lieu tranquille où je pourrais jouer.
Si je pouvais lire chez les autres, bien lui aussi, il est sage et réfléchi, même si parfois il est impulsif et colérique, chacun possède son propre caractère.
À son clin d’œil voila que j’étais bien plus rassuré, cela me donnait aussi davantage de force pour revenir du ravitaillement, j’avais un concert à donner.

-Tu gère trop Daryl j’ai intérêt à jouer comme une professionnelle, j’ai mon petit coup de pression la

Dis-je en rigolant.
Ah mon loulou ce décide enfin à sourire, c’est rare mais que ça fait du bien de le voir ainsi.
Evidemment c’est toujours quand il n’y a personne, bon ok je suis la, mais je l’avais déjà vue sourire, mais par rapport aux autres, il ne souri pratiquement jamais, restant plutôt en retrait.
Il finit par prendre un bonbon et je hochais la tête plus que contente pour répondre à sa question, c’était gamin, mais c’est aussi très amusant de retrouver son âme d’enfance.

-Vivivivivivi trop happy

Puis je fis une petite moue à son commentaire sur mon âge, en rien quelque chose de méchant, puis, haussant les épaules.

-Tu sais …. C’est étrange, c’est comme si que j’avais arrêté de changer physiquement à vingt ans, je vais pas me plaindre … Enfin … finis-je dans un soupir

Je me stoppais dans mes paroles, repensant à mon père qui était mort pour protéger, est-ce que cela avait un rapport ? Puis les étranges vaccins que j’avais eus ?
Je ne dis rien d’autre, rangeant les bonbons, avant que tous deux nous arrivions en ville pour le ravitaillement.
Des médicaments … Effectivement se serait pas mal, puis aussi des trousses de soins.
Voyant Daryl s’avancer vers une maison, je le suivis de suite, tous mes sens aux aguets.

-Ok et pour les médocs’ de toute façon il peut y avoir dans les habitations, il faudrait aussi des trousses de soin

Je regardais Daryl du coin de l’œil, celui-ci prêt à ouvrir une porte, poignard en main, de même que moi et je lui tirais la langue.
On me dit têtue, mais quand on apprends à le connaître, on se rend compte que c’est the best côté taquinerie aussi.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

Admin
avatar


▲ Date d'inscription : 02/03/2015
▲ Messages : 317
MessageSujet: Re: Let's move & hunt - Shanone & Daryl -   Sam 2 Mai - 0:54

Let’s move & hunt

Shanone & Daryl


« Nothing will be like it once was. »
Shanone a beau me dire qu’elle a 30 ans, il m’arrive souvent d’en douter. Elle a un caractère enfantin, très doux qui ne semble pas du tout coller avec son âge. Son excitation suite au fait que j’acceptais de l’écouter jouer en était la preuve. Mais il me plaisait de la protéger, de lui permettre de rester dans ce monde plus coloré que semble être le sien. Il est bien rare de voir des personnes avec un tel point de vue sur le monde, une telle joie de vivre malgré les horreurs. Mais ça fait sourire, ça change les idées, alors rien que pour cela je la prenais sous mon aile.
J’eus un petit rire à ce qu’elle ajouta et opina afin d’ajouter un peu plus d’intensité à la pression dont elle parlait. Mais je doutais qu’elle le soit réellement, vu son sourire, elle ne semblait attendre que cela de jouer ! La seule pression qu’elle a c’est les gens, mais avec moi, elle n’en aura pas, puis la musique semble être son tout. Je la vois mal raté son morceau. Bon après, pas sûr que je m’en rende compte. Le violon, je suis pas un adepte, ni un gars qui écoute de la musique comprenant ce type d’instrument, bien au contraire, mais elle me fera découvrir quelque chose, c’est pas donné à tout le monde !

Ce qui est impressionnant avec Shanone c’est lorsqu’on se rend compte qu’elle est la reine du changement d’expression. Elle peut passer de l’hilarité, à la moquerie, à la bouderie et autre en un clin d’œil. Elle avait beau l’air de ne pas prendre réellement mal ce que je lui disais, il me semblait qu’au fond ça créé une sorte de conflit intérieur, la faisant ressasser je ne sais trop quoi dans son crâne qui la fit fixer le vide. « Ça te gêne ? » Demandais-je avant de la regarder de nouveau. Elle alla même jusqu’à ranger ses bonbeks qu’elle dévorait si avidement il y a quelques instants à peine. Bref, elle semblait tracassée et je tentais : « Hey, à quoi tu penses ? Qu’est-ce qu’il y a ? » Demandais-je en lui jetant des coups d’œil pour voir son expression.
Au fond, je ne sais pas grand-chose de Shanone, ça m’a jamais vraiment inquiété et j’ai jamais vraiment cherché à plus la connaître. Mais quand il lui arrive d’être mal, dans les nuages ou pensive alors je m’en rends compte et ça finit par m’ennuyer. Elle ne m’a jamais parlé ouvertement, je suis pas non plus le genre de gars qui va demander à ce qu’elle me raconte tout de sa vie, mais vu son caractère j’aurais pu croire que ça lui viendrait tout seul. Finalement non, ça ne devait pas être si sympathique et facile que ça. Et c’est ce qui m’inquiétait un peu…

Une fois sortit de la voiture il nous fallait bouger et nous mettre à fouiller pour trouver de quoi ramener à la prison. On se dirigeait vers une maison et j’attendais que les possibles rôdeurs de la maison se ramènent suite au bruit. Je me tournais pour voir que j’avais de nouveau droit à un superbe tirage de langue de la part de Shanone : « Ah, Shanone, mais que va-t-on faire de toi… » Marmonnais-je en entendant finalement un rôdeur se trainer mollement vers l’entrée. Il semblait seul alors j’ouvrais entièrement la porte pour lui planter ma lame entre ses deux orbites d’un geste vif. Il tomba au sol et j’essuyais mon couteau sur ses vêtements. Je fis rapidement le tour du rez-de-chaussée pour vérifier avant de dire : « Pas plus de compagnie que ça. » Je rejoignis alors Shanone : « On fouille déjà ici et après on montera à l’étage. Ensemble. » Ajoutais-je pour qu’elle n’aille pas si aventurer seule. Je ne doute pas du tout de ses capacités, loin de là, elle a toujours su se défendre seule mais bon, n’empêche que je préfère l’avoir à l’œil. Un accident est vite arrivé, et ça me saoulerait que cela l’implique elle…

code by ORICYA.


_________________
Daryl Dixon

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

MessageSujet: Re: Let's move & hunt - Shanone & Daryl -   Jeu 21 Mai - 2:25

Let's move & hunt
Lorsque j’étais toute petite, pour moi c’était normal de faire des vaccins toutes les semaines.
J’avais aussi des tests d’ophtalmologie, ORL, des scanners, IRM et j’en passe …
Puis en grandissant, je voyais bien que les autres enfants à l’école n’avaient pas ce même traitement, alors il y avait forcément quelque chose qui n’allait pas chez moi.
Quand j’ai appris à l’école où les vaccins, c’était pour nous protéger des graves maladies, je m’étais retenus de dire que j’en avais déjà eu énormément.
Étais-je malade ? Pourtant ma mère m’avait dit qu’elle travaille dans un endroit, pour protéger le monde, quelque chose dans ce genre, faire des tests, trouver aussi des vaccins, là j’avais commencé à douter, mais quand on est petit, on ne remet pas en question les paroles d’une mère.

En grandissant, j’avais davantage pris mes distances envers ces étranges questions, puis les examens se faisaient rares, c’était à cette époque, que j’avais comme … Stoppé ma croissance, enfin que j’avais arrêté de changer physiquement.
Disons qu’au début pour moi c’était sans doute normal, puis un an, deux ans, trois ans et je pouvais voir mes amis continuer de changer physiquement, devenir plus femme, alors que moi, je ne changeais plus.
Pas un détail, par contre, c’est là qu’est aussi apparue d’étrange chose, comme le fait de faire apparaître une illusion, comme des murs qui suintent et du sang qui coule au sol sans raison.
Je me rappellerais toujours de cette première découverte, j’étais tombé sur un homme avec des idées malsaines.
Alors la question de mon âge, de mon apparence physique, arrivait encore à me « perturber » et à me faire basculer dans mes pensées.
D’ailleurs, je devais vraiment être parti loin, car je revins à moi grâce aux paroles de Daryl … C’était comme remonter à la surface et reprendre une grande bouffée d’air.
Mon loulou semblait inquiet, je penchais alors la tête sur le côté, laissant un petit sourire apparaître sur le coin de mes lèvres pour le rassurer.

-Rien … Je …. Il faut y aller

Nous étions maintenant arrivés à destination, il était temps de faire le tour des maisons.
Première maison, je taquinais Daryl, pendant que celui-ci me taquiné à son tour, les choses sérieuses allaient commencer.
Je suivais toujours les ordres de Daryl, même si j’avais été 2 ans toute seule, il était maintenant pour moi un protecteur, un ange gardien, mon loulou râleur et j’en passe … Qu’importe, je l’écoutais et je ne bronchais pas, examinant bien le réez de chaussée.
J’entraînais alors Daryl dans la cuisine, il était toujours prêt à dégommer un zombie, pendant que j’ouvrais les placards.
Des produits ménagers en bas, normal, par contre je dus me mettre sur la pointe des pieds, pour regarder dans les placards du haut.
Je dis alors à voix haute ce que je trouvais, voyant si Daryl approuvé ou pas.

-Café à filtrer, gros sel, paprika, poivre, ouais en gros que de quoi donner du gout dans les placards du haut

Puis j’entendis un bruit venant de l’étage, qui de suite me fit sortir de mes gonds, alors que je m’accrochais instinctivement à Daryl.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

Admin
avatar


▲ Date d'inscription : 02/03/2015
▲ Messages : 317
MessageSujet: Re: Let's move & hunt - Shanone & Daryl -   Ven 24 Juil - 23:55

Let’s move & hunt

Shanone & Daryl


« Nothing will be like it once was. »
Il arrive souvent à Shanone de partir. Pas physiquement, mais mentalement, elle se perd dans ses pensées, dans ses débats mentaux ou je ne sais quoi qui font qu’elle fixe le vide, qu’elle devient d’un coup silencieuse et s’absente pendant une durée plus ou moins longue.
Au départ, quand je l’ai récupéré après qu’elle me soit littéralement tombée dessus, je me moquais bien de la voir se perdre, tête en l’air, dans la nuit de temps à autre. Tant qu’elle restait en vie et ne faisait pas de conneries c’était tout ce qui me préoccupait. Mais voilà que les choses ont changées. J’ai fini par me faire à la présence de Shanone et même à m’en faire pour elle. De là à ce que j’aille m’inquiéter de quelqu’un, faut le faire. Ils sont pas nombreux à être dans cette situation à mon égard. Il me faut pas plus des doigts des deux mains pour les compter : Carol, Carl, Rick, Glenn, Maggie, Michonne, Hershel et Beth. Avant il y avait Merle en tête de liste, mais ce con a encore décidé de se barrer sans moi. Mais cette fois, je ne suis pas impatient de le rejoindre…

Quoiqu’il en soit je fis en sorte de ramener Shanone à l’instant T. Maintenant, quand je la regarde se perdre dans ses songes, je ne peux m’empêcher de me demander ce qui la travaille de la sorte. A quoi elle pense ? A quoi elle réfléchit pour prendre un air si sérieux voire un peu triste ? Et ce qui est dur, c’est que quand je lui donne l’opportunité de s’ouvrir à moi, elle n’y parvient pas et referme cette parenthèse sans plus de cérémonie.
Ce fut de nouveau le cas cette fois, alors que je lui demandais ce qu’il n’allait pas, elle se contenta de me sourire et de nier, de dire que tout allait bien et qu’il nous fallait avancer. Elle n’avait pas tort, du moins pour la dernière partie. Quant à la première, faut pas me prendre pour un imbécile, elle sait que j’ai bien vu que ça n’allait pas, qu’elle n’avait pas la grande forme, que quelque chose la travaille. La seule chose c’est qu’elle ne veut pas en parler. Voilà tout. Et je suis bien placé pour comprendre ce sentiment. Alors je me tais et me contente de la fixer quelques instants de plus avant de passer à autre chose. L’idée n’est pas de la mettre mal à l’aise.

On commençait notre fouille de maison. Même si je savais parfaitement que Shanone est assez grande pour se démerder seule, qu’elle a eu l’occasion de le faire pendant deux ans suite à la contagion et la levée des morts, il n’empêche que je n’arrivais pas à la laisser faire comme elle sent. Elle a cet esprit casse-cou qui a l’art de me faire penser qu’elle va se mettre dans une situation tordue et en sortir couverte de bleus ou que sais-je…
Je la suivais dans la cuisine et continuais de surveiller les entrées alors qu’elle mettait sens dessus dessous les placards un à un.
J’écoutais sa liste et dis à sa suite : « Prends tout, ils trouveront bien quoi en faire à la prison. » Puis ça fera pas de mal de manger quelque chose avec un goût différent de ce qu’on a tous les jours… Pas que la routine devient ennuyante à crever mais un poil.

Un bruit à l’étage me fit raffermir ma prise sur le pommeau de mon couteau. De suite, Shanone vint m’agripper et je ne fus même plus étonné de cette réaction. Je l’avais été la première fois qu’elle m’avait attrapé comme si j’étais sa bouée de secours alors que je ne l’étais très certainement pas, ou ne le serais pas éternellement, mais j’avais fini par m’y faire : « Bah alors, la p’tite a peur d’un petit bruit ? » La taquinais-je en prenant tout de même la peine de chuchoter.
Il y avait eu un bruit, et vu l’intensité, c’était très certainement pas une sourie ou un rongeur dans le genre. Mais là, on tapait dans un gabarit bien plus large. Du genre zombie… « Parée ? » J’attendis son feu vert avant d’avancer vers les escaliers et de grimper à l’étage en tentant au mieux de vers le moins de bruit possible. La porte entrouverte d’une chambre laissait apparaître un rôdeur à la mâchoire pendante, au crâne dégarni laissant apparaître un morceau de cervelle. Je poussais la porte d’un coup de pied, le zombie râla à mon attention mais je lui avais déjà planté le couteau dans le crâne. Je crus que c’était tout mais c’était sans compter le second zombie qui m’arrivait dans le dos… « Et merde… » Grognais-je en tentant de dégager ma lame.

code by ORICYA.


_________________
Daryl Dixon

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

MessageSujet: Re: Let's move & hunt - Shanone & Daryl -   Sam 15 Aoû - 23:24

Let's move & hunt
Vous connaissez le monde d'Alice au pays des merveilles . Alors pour ceux qui connaissent bien ce monde, disons qu'Alice est jeune fille qui part souvent dans son monde, ce qu'il m'arrive souvent de faire, sauf que ce n'est pas un monde imaginaire, mais des souvenirs. Alice va créer son propre monde dans sa tête, que moi c'est des souvenirs dont je n'arrive pas à me débarrasser, en même temps voir la mort de son père en boucle n'est pas forcément le souvenir qu'on peut oublier facilement. Enfin il fallait que je revienne à moi, Daryl avait bien vu que j'étais absente et la connaissant, il allait rapidement comprendre que quelque chose me tracassé, seulement c'était loin d'être le moment.

Direction la maison, bon mise à part du café, du paprika, du poivre je n'ai pas trouvé grand-chose. Avec l'apocalypse les maisons ont vraiment étaient pillées, enfin Daryl avait raison, ce que l'ont mangé à la prison n'avait pas vraiment de goût, un peu de sel, de poivre où je ne sais autre allait sans doute redonner davantage de saveur à nos plats, donc ce serait un petit luxe supplémentaire pour nous. Cela ne paraît pas, mais même une lampe-torche est devenue un grand trésor une fois qu'on la trouve. Avant le monde n'était jamais content, jamais rassasié, que maintenant tout le monde soit à la limite de se dépouiller, heureusement ce n'était pas le cas en prison nous étions comme une grande famille, mais dehors c'est la folie. Alors je rangeais les condiments dans une sacoche, avant d'entendre un bruit à l'étage qui me fit sursauter et la première chose que je fis, fut de m'accrocher à Daryl, d'ailleurs celui-ci me taquina, alors je lui tirais la langue comme une gamine avant de reprendre un air sérieux, sortant à mon tour un couteau, Daryl ayant toujours le sien en main.

Tous deux nous nous dirigions vers les escaliers et Daryl attendit mon feu vert pour aller à l'attaque de zombie, je hochais la tête, prête à tuer l'une de ces puantes créatures, montant les marches petit à petit, restant très observatrice. Arrivait à l'étage l'accueil était plus que ... Dégoûtant, Daryl s'en chargea et lorsque je vis un second zombie venir vers lui je n'hésitai pas une seconde, je fis une roulade lui donnant un coup de pied très violent dans le cou, le zombie tomba à terre et je lui plantai ma lame dans sa cervelle, puis vins alors un troisième, c'était un enfant ... Je déglutis difficilement devinant que c'était la famille, avant d'éviter la rôdeuse et de la poignarder dans là le cou, la lame remontant jusqu'au cerveau. J'avais les mains couvertes de sang, ce n'était pas la première fois, mais disons que c'était toujours aussi difficile à digérer. Je regardais Daryl avant de reprendre.

-C'était une famille ....

Puis regardant de nouveau l'enfant morte, je repris à nouveau

-Peut-être qu'on pourrait trouver des jouets pour Judith ? Voir du savon ... Se serait vraiment pas de refus une douche dans la prison avec du savon


crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

Admin
avatar


▲ Date d'inscription : 02/03/2015
▲ Messages : 317
MessageSujet: Re: Let's move & hunt - Shanone & Daryl -   Mar 1 Sep - 11:10

Let’s move & hunt

Shanone & Daryl


« Nothing will be like it once was. »
Dur de trouver de quoi se mettre sous la dent ces temps-ci. Tout est pillé, tout est moisi, tout disparaît au fur et à mesure que le temps passe. Alors on ne va pas cracher sur ce qu’on peut trouver, même si à première vue ça n’a pas l’air tentant, on finira bien par être content d’avoir tout ça. C’est chacun pour soi désormais et c’est surtout la course, alors si on ne prend pas, quelqu’un d’autre passera derrière nous et nous le chipera. Pas question. Le but c’est de prendre soin des survivants de la prison et même s’il y en a pas beaucoup qui ont une grande importance à mes yeux il n’empêche que c’est à eux que je pense en premier, les survivants avec qui je suis depuis le début de cette galère.

Dur d’espérer pouvoir piller tranquille. Il y a toujours quelque chose qui se passe. Un rôdeur, un animal à chasser ou encore un humain. Et là, deux possibilités, soit ça se passe bien et on trouve un terrain d’entente, soit ça se passe mal et alors faut passer à l’action. Qui a encore de l’humanité dans ce monde pourri jusqu’à la moelle ? Faut bien avoir concéder à bien des horreurs pour survivre jusque-là. Pas la peine de se voiler la face. Tout le monde a trimer, tout le monde a souffert mais au moins on est encore là.

J’étais dans l’une des chambres apparemment, m’attaquant au zombie qui était dans mon champ de vision. Je m’étais peut-être un peu pressé ou alors l’autre était un putain de silencieux, mais voilà que le second me tombait dessus. Shanone s’en chargea et je la remerciais d’un vif signe de tête. Jusqu’à ce qu’un zombie taille enfant se ramène. Je le regardais sans une pointe de tristesse, de pitié ou quoi que ce soit dans le regard. On avait suffisamment vu avec le reste du groupe pour larmoyer sur ce genre de rôdeur. Je laissais Shanone s’en charger fouillant les corps, répondant d’une voix sans émotion : « Ce n’est plus rien depuis longtemps Shanone. » Il ne fallait pas faire preuve de faiblesse maintenant, sinon c’était signer son arrêt de mort. Je lui lancer un drap qui traînait dans la chambre pour qu’elle s’essuie les mains vu qu’elle semblait un peu sous le choc.

J’opinais à ce qu’elle dit et me redressais : « Pas faux, on a plus qu’à fouiller, si on peut lui trouver des vêtements aussi à la petite, ou je ne sais quoi dont a besoin un gosse on prend, on va commencer à être à court et elle bouffe comme un ogre celle-là. » Repris-je avec un haussement de sourcil. Sûrement de famille. Bref, je commençais à fouiller les placards avant de tomber sur une petite salle de bain. Au bout de quelques minutes je lançais quelque chose à Shanone : « Tiens, du savon. » Princesse jusqu’au bout tiens, contrairement à moi qui me passe souvent de douche, habitué à la crasse désormais.

code by ORICYA.


_________________
Daryl Dixon

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Let's move & hunt - Shanone & Daryl -   

Revenir en haut Aller en bas
 

Let's move & hunt - Shanone & Daryl -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» MOVE SON NAN MIZIK LA
» The Hunt for Gollum
» ☆ MOVE YOUR BODY.
» 04. Let's move like Jagger ! Uh... Who ?
» James Hunt, le Lycanthrope aux yeux d'argent.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Walking Dead Corporation :: Les RPs-